• Emilie et Ophélie

S comme... Sans profession... Mais pas sans travail

Recensement de 1866, Chantonnay en Vendée :


TARREAUX Lazare, maçon, marié, 28 ans.

GOUIN Sylvanie, sa femme, mariée, 26 ans.

TARREAUX Eugène, leur fils, garçon, 3 ans.



Le métier de Lazare TARREAUX est clair sur ce recensement, il est maçon. Mais pour son épouse, en lieu et place du métier de Sylvanie GOUIN, c'est son statut marital qui est noté : "sa femme". A croire que pour la femme, être mariée est déjà un métier en soi !

En réalité, bien des documents ne font état que de la profession du mari. Combien d'actes de naissance ai-je trouvé où l'on en apprend bien plus sur le père que sur la mère ?


Acte de naissance de Jeanne MARTIN



Sur cet acte de naissance, il y a plusieurs informations concernant le père de l'enfant : Jean MARTIN, journalier, âgé de 43 ans, sachant signer et habitant à Mortiers (en Charente-Maritime).

Les informations concernant la mère de l'enfant ? Seulement son nom, Marie MARTIN.

Avouons que questions renseignements, c'est assez pauvre concernant la mère de famille.



Bien souvent, le métier de la femme n'apparaît pas. Alors est-ce pour autant qu'elle ne travaille pas ? Pas forcément. Dans certains actes, lorsque la femme n'exerce aucun métier, on peut retrouver une mention telle que "sans profession" ou bien "néant". Lorsqu'aucune indication n'est donnée, cela ne veut pas forcément dire que la femme n'exerce aucun métier.

Les femmes peuvent également avoir une profession (avec leur époux ou seule) et l'arrêter temporairement pour élever les enfants par exemple, reprenant leur emploi lorsque ceux-ci sont plus grands, ou ponctuellement quand le besoin de bras supplémentaires aux champs ou de beurre dans les épinards se fait sentir.

Le 13 juin 1892, Louise BIRAUD assiste au mariage de sa fille Marie et de son gendre Jean Baptiste THIBAULT. Louise est veuve depuis longtemps déjà, son époux, Jean PERROTIN étant décédé le 16 juillet 1870, à peine quelques mois après la naissance de leur fille Marie (née le 3 novembre 1869).

A l'heure des noces de sa fille, Louise apparaît comme étant "sans profession". Pourtant, cela ne veut pas dire qu'elle n'a jamais travaillé. A la naissance de sa fille par exemple, Louise était bordière, tout comme son mari. Sûrement a t-elle continué de travailler par la suite, d'autant plus qu'elle se retrouvait seule pour subvenir aux besoins de ses enfants.

En définitive, le métier ou l'absence de profession apparaissant sur les différents actes ne reflètent la réalité que d'un moment T, et ne tiennent pas forcément compte du quotidien en général. D'autant plus que la vie des femmes de cette époque est rarement un long fleuve tranquille. Ce n'est pas parce que l'on croise l'une de ses ancêtres sans profession à un moment donné de sa vie que cela va être le cas à chaque acte rencontré. Bien au contraire, une femme peut exercer bien des professions en une seule vie... Mais ça c'est une autre histoire... Que je vous garde bien au chaud pour la fin de ce Challenge... Allez un indice, rendez-vous en lettre Z !



Edition d'Emilie

Nous Suivre : 

  • Facebook
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram