• Emilie et Ophélie

Une enfance bouleversée : celle de Catherine LASSALLE


Après deux mois et demi à rester enfermés chez vous, je vous emmène pour cet article d'après confinement près de Dax, au confluent de l'Adour et du Luy. 

Bienvenue dans les Landes de la fin des années 1880, et plus particulièrement à Tercis-les-Bains… Dans la maison de Bellevue, maison d'enfance de la jeune Catherine LASSALLE...

Catherine LASSALLE naît le 09 mars 1883 à Tercis-les-Bains, une commune du Sud-Ouest de la France située dans les Landes, près de Dax.

A sa naissance, ses parents, Jean LASSALLE et Jeanne LESBEGUERIS, sont mariés depuis plusieurs années, s'étant dit oui le 22 novembre 1877, et ont déjà deux enfants :  deux fils, Henri né en 1879 et Jean-Louis né en 1881.

Quand Catherine vient au monde, rien d'étonnant alors au fait que son père ait déjà 37 ans et sa mère 30 ans. Lui est ouvrier carrier et elle ménagère, et la petite famille habite maison de Bellevue, à Tercis-les-Bains.

Malheureusement, la petite Catherine ne profite pas longtemps de cette apparente stabilité familiale et fait très vite face au deuil : son frère Jean-Louis décède le 30 juin 1885, presque aussitôt suivi de son père qui décède le 12 août de la même année. Catherine n'a alors que 2 ans. 

Sa mère, jeune veuve, devient ouvrière agricole et doit subvenir seule aux besoins de sa famille. En 1886 pourtant, un homme répond présent pour la famille endeuillée : cet homme n'est autre que Jean LESBEGUERIS, le père de la jeune mère (et donc le grand-père de Catherine). Vient-il pour un temps soutenir sa fille et ses petits-enfants ? C'est bien possible, d'autant qu'il vivait jusqu'à présent avec son épouse (la grand-mère de Catherine donc), toujours bien vivante, habitant à Port de Lanne à une quinzaine de kilomètres de là et attendant sûrement le retour de son époux.

Toujours est-il que Jean et ses 72 printemps viennent poser leurs bagages chez Jeanne, Catherine et Henri. Pas pour longtemps cependant… Jean décède le 28 juillet 1888 à Port de Lanne, où il était reparti vivre avec sa femme.

À peine deux ans plus tard, le 29 avril 1890, c'est un nouvel homme qui fait son entrée dans la vie de Catherine, alors âgée de 7 ans. En effet, sa mère se remarie avec Jean PASCOUAOU, de 8 ans son cadet. Très vite, la famille s'agrandit et de leur union naissent Félicie, le 22 mars 1891 et Pierre le 3 octobre 1892.


Les premières années qui suivent le remariage de sa mère, Catherine les vit entourée de cette dernière, de son frère Henri, ainsi que son beau-père, et de Félicie et Pierre. Ils vivent toujours à Bellevue, à Tercis-les-Bains, sûrement dans la maison qui a vu naître Catherine quelques années plus tôt.

Pourtant, alors que tout semble réuni pour que la petite fille puisse enfin grandir dans une famille unie, là encore la stabilité familiale n'est pas chose durable pour Catherine, et cette famille recomposée ne partage pas longtemps le même foyer. En 1896, Catherine, âgée de seulement 13 ans n'habite plus au domicile familial : elle est domestique cultivatrice pour la famille LAVIELLE avec laquelle elle vit. Son frère Henri partage le même sort mais pas le même domicile : du haut de ses 17 ans il est domestique laboureur pour la famille CASTAGNET. Leur mère vit quant à elle avec son mari, la petite Félicie qui a maintenant 5 ans et Pierre, âgé de 3 ans.  

Henri réintègrera le domicile familial, puisqu'on le retrouve vivant en 1906 avec son beau-père, sa mère ainsi que Félicie. Cependant, il apparaît à cette date comme étant le "neveu" de son beau-père… 

Quant à Catherine, rien n'est moins sûr quant à un potentiel retour dans la maison de son enfance. Il est vrai qu'en 1902, alors qu'elle souffle ses 18 bougies, elle vit toujours à Tercis-les-Bains et y exerce la profession de ménagère, tout comme sa mère. Mais rien ne dit que les deux femmes partagent le même foyer. Néanmoins, même si tel était le cas, cette année-là marque le départ définitif de Catherine de la maison qui l'a vu naître.

Le 8 février 1902 à 10h du matin, Catherine épouse Jean SANGLA. Le mariage est célébré à Tercis-les-bains, et l'époux fait le trajet depuis Saint-Etienne d'Orthe où il réside (Saint-Etienne d'Orthe étant tout près de Port de Lanne, où vivaient les grands-parents de Catherine). Jean est un jeune laboureur de 24 ans qui partage un point commun avec Catherine : lui aussi est orphelin d'un de ses parents. Si son père est présent et consentant à son mariage, sa mère est quant à elle décédée en 1895. 

Rapidement, le jeune couple quitte les Landes et déménage pour Saint-Ciers de Canesse, en Gironde. C'est là que née leur fille Izabelle le 7 janvier 1903, moins d'un an après leur mariage. La petite fille voit le jour dans la maison familiale, un beau matin à 7h...

A seulement 19 ans, la jeune Catherine commence une nouvelle vie. A t'elle enfin laissé les deuils et les épreuves derrière elle ?

Et bien ça, c'est une autre histoire...

Edition d'Emilie


Nous Suivre : 

  • Facebook
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram